TextesHumoristiques



L'HÔPITAL, PREMIER JOUR

Dans quel état d'esprit faut-il aborder l'hôpital ?

De préférence, être en bonne santé morale et physique, la première prise de contact étant la plus difficile ; on a vu de nombreux cas de personnes, légèrement souffrantes, ne pas résister aux formalités d'inscription, et êtres dirigées directement vers le service de réanimation. Il s'agissait parfois de personnes accompagnant le malade.

L'univers de l'hôpital est un monde à part, une fois la porte franchie, il est d'usage d'oublier le monde extérieur. Les différentes pancartes qui servent de signalisation sont là pour créer une ambiance qui vous installe d'emblée dans un état de confiance euphorique : service de traumatologie, service des voies urinaires, service de parasitologie, bloc opératoire, défense d'entrer, chapelle, etc.

Le premier jour, ce sont les heures de repas qui étonnent le plus ; le potage vermicelle et le yaourt de 17 heures en ont surpris plus d'un. Il faut dire qu'à l'hôpital, la nuit tombe nettement plus vite qu'à l'extérieur; en revanche, le jour s'y lève alors qu'il fait encore nuit dehors.

Comme le chant du coq annonce le lever du soleil, c'est la lumière brutale dans les yeux qui préfigure l'arrivée du thermomètre. Avant d'avoir eu le temps d'émettre un son, l'objet est à sa place et vous allez rester en tête-à-tête un certain temps, en attendant le verdict du mercure.

Toute la journée dépendra de la façon dont vous négocierez ce premier contact.

De l'autre côté de la porte, les chariots, déjà, font tinter leurs gamelles.

La vie est là, toute proche

* * * * * * * *

CHEZ LE DENTISTE

Lorsque j'ai ouvert la bouche chez mon dentiste, j'ai cru lire dans son regard la satisfaction d'un entrepreneur de travaux publics à qui on aurait proposé un chantier de plusieurs milliards.

À la première séance, il examina l'état du terrain, les zones irrécupérables, les secteurs pouvant être sauvegardés à condition de consolider les soubassements, un vaste projet de rénovation à l'étage supérieur et la possibilité de refaire entièrement la façade.

A la deuxième séance, il me soumit son plan, qui tenait debout; un bridge à trois voies devait relier les vieux quartiers à la ville nouvelle, et on pourrait sauver ce qu'il appelait le musée, à condition bien sûr de faire quelques sacrifices à des endroits précis, dont il me détermina la présence douloureuse à l'aide de son marteau-piqueur.
Rentré chez moi, je refis mes comptes avec ma femme. En vendant le petit chalet que nous possédions à Val d'Isère, et en mettant son diamant au clou, on pourrait entamer la première tranche des travaux.
Au cours des séances suivantes, mon dentiste fit ce qu'il appelait «place neuve». C'est dur pour un homme de perdre ses racines; en promenant ma langue dans ma bouche, je ne retrouvais plus mon chemin. Le quartier des molaires était devenu un terrain vague sur lequel se dressèrent, par la suite, des baraquements provisoires.
Durant cette période, mes repas commençaient toujours par cet avertissement : «Attention : entrée de chantier. »
Purée!
La première tranche des travaux prit du retard a cause d'un affaissement de gencive. Entre-temps, mon dentiste s'était acheté une Mercedes neuve.

Nous dûmes utiliser notre crédit épargne-logement pour poursuivre l'aménagement. Je choisis sur maquette la couleur des façades, la qualité de l'émail et la race de mes canines.
J'allais sur le chantier une fois par semaine. Les travaux maintenant allaient bon train, après que l'on eut expulsé des squatters qui avaient illégalement occupé une dent creuse.

L'ensemble fut terminé à la date Prévue.

J'ai croqué toutes nos économies, mais aujourd'hui je mords la vie à plaines dents.

* * * * * * * *

LETTRE D’UN JEUNE HOMME A SA FIANCEE
Désireux de faire un cadeau à sa fiancée à l’occasion de sa fête, un jeune homme se rend dans un magasin de nouveautés et y achète une paire de gants. Sa soeur qui l’accompagnait en profite pour s’acheter deux culottes en soie. Surchargée de travail, la vendeuse se trompe d’adresse et envoie les deux culottes à la fiancée, accompagnée d’une lettre que le jeune homme avait priée de joindre au paquet.

Ma chérie,
N’ayant pas le bonheur d’être auprès de toi pour ta fête, je t’adresse un petit souvenir qui te dira où est ma pensée en ce jour. Mon choix était difficile et si je me suis décidé pour cet article, c’est que j’ai remarqué à plusieurs reprises que tu n’en porte pas. Ma soeur me conseillait de les prendre longs, mais la vendeuse m’a affirmé que la mode était au court avec un bouton, elle même en porte depuis trois mois, elle me les a montrés. Ils sont à peine froissés et encore propres. Oh ma chérie, si je pouvais te les enfiler moi-même pour la première fois, quel bonheur serait le mien, mais hélas, je ne pourrais te voir que quelques jours après, alors je me résigne à savoir que la main d’autres jeunes gens les frôleront avant la mienne. Mais j’espère que tu les porteras et qu’ainsi tu penseras à moi plusieurs fois par jour en les mettant.

T’iront-ils comme un gant ? Je les ai fait essayer à la vendeuse qui semblait avoir la même taille que toi, et je l’ai observée pendant ce temps, l’effet était ravissant et je suis sûr qu’il en sera de même pour toi. Permets moi de te donner un petit conseil : lorsque tu les enfilera pour la première fois, souffle dedans, afin qu’ils ne restent pas humides et mets y un peu de poudre pour qu’ils glissent mieux.

En attendant de te les voir porter, je dépose un long baiser sur la douce peau qu’ils vont recouvrir.

 Ton fiancé qui t’aime

* * * * * * * *

APPARTEMENT A LOUER
Monsieur,
J’ai l’honneur de vous informer que je tiens à votre disposition un joli appartement sur le devant d’une mignonne propriété qui me vient de ma mère.

Une pièce de gazon orne les bords de l’entrée principale; cette pièce était très étroite autrefois, mais maintenant, on entre très aisément car elle a été agrandie par les précédents locataires.  Quelques-uns ont trouvé le logis trop humide, mais ils n’ont pas été incommodés, bien au contraire, la douce température qui y règne en toute saison a été appréciée. Le seul inconvénient est le voisinage d’une famille d’Anglais qui vient plusieurs fois par année, mais pour quelques jours seulement. La petite propriété possède également un petit local à l’arrière, un peu dissimulé par l’élévation du terrain; je tiens cependant à ce que personne n’y entre et j’ai été dans l’obligation de donner congé à mon dernier locataire qui s’obstinait à vouloir pénétrer par ce chemin spécial que je garde pour mes besoins personnels.

J’ai eu des offres de locataires au mois, mais je n’aime pas les gens de passage car ils ne prennent pas assez de précautions, et ils ne se retirent qu’avec difficulté et l’on s'aperçoit après leur départ qu’ils ont causé toutes sortes de dégâts.

Je désire trouver un locataire expérimenté dans l’art du jardinage, sachant arroser le gazon et entretenir mon appartement privé en bon état de jouissance. Le gaz est installé à l’arrière, l’eau sur le devant. Le bouton électrique est d’une extrême sensibilité et sert seul à allumer toutes les lampes. Il existe également dans ma propriété deux superbe mamelons d’une régularité parfaite et sur lesquels s’épanouissent en toutes saisons de magnifiques boutons roses qui doivent être aussi arrosées de temps en temps.

Comme vous le voyez Monsieur ....., cette propriété à ces charmes et je suis persuadée que vous serez satisfait. En attendant je reste à votre entière disposition pour vous faire visiter les lieux et vous prie d'agréer, Monsieur, l’expression de mon entier dévouement.

* * * * * * * *

LETTRE ENVOYEE A CHOPIN PAR G. SAND

Cher ami,
Je suis heureuse de vous dire que j'ai
bien compris l'autre jour que vous aviez
toujours une folle envie de me faire
danser. Je conserve le souvenir de votre
baiser et j'aimerais beaucoup que ce soit
une preuve que je suis aimée et désirée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul. Si vous voulez vraiment me voir
dévoiler sans artifice mon âme
toute nue, daigner au moins venir chez moi,
nous bavarderons franchement entre amis.
Je vous prouverai que je suis la femme
capable de vous apporter l'affection
la plus étroite et aussi la plus profonde,
l'épouse la plus fidèle et la plus sûre
que vous puissiez imaginer. Oh comme votre
amour me sera doux, car la solitude qui m'ha-
bite est longue, dure et sûrement bien
pénible. Mon âme est vide et é-
branlée. Venez vite vous pourrez me la
faire oublier. A vous je veux me sou-
mettre entièrement.

Maintenant relisez les 2 premières lignes et sautez chaque fois une ligne  ( 12-4-6-8 etc)

* * * * * * * *

LE GUIDE DE LA PERTE DE POIDS DURANT LE SEXE

ACTIVITÉS                                                Calories  brulées
DÉSHABILLAGE
 Avec le consentement du partenaire                17
 Sans le consentement du partenaire                 187

DÉCROCHER LE SOUTIEN-GORGE
 Avec deux mains calmes                                 7
 Avec une main tremblante                               96

ALLER AU LIT
 En soulevant la partenaire                               15
 En la traînant sur le sol                                    16
 En utilisant un skateboard                                3

ÉRECTION
 Pour un homme normalement sain                    2 ¼
 Pour une femme normalement saine                 549
 Perte de l’érection                                           ¼
 A sa recherche                                               115

MISE EN PLACE DU PRÉSERVATIF
 Avec érection                                                 1 ¼
 Sans érection                                                  300

MISE EN PLACE DU DIAPHRAGME
 Si la femme qui le fait est :
 expérimentée                                                    6
 inexpérimentée                                                 73
 Si l’homme le fait sans expérience                     680
 Ajouter 5 calories pour le ramener
 depuis l’autre côté de la pièce

INSERTION
 Si la femme est prête                                         ¼
 Si l’homme ne l’est pas                                     274

POSITIONS SELON LES NATIONALITÉS
Italiens : Homme dessus, femme   à la cuisine      26
Russes : Femme dessous, homme
             demandant la permission                        55
 Américains : Les deux dessus                             60

EFFETS SECONDAIRES POSSIBLE DES RAPPORTS
 Bondir                                                               7
 Glisser                                                               9
 Sérieux dérapage                                              12
 Fouet                                                                27

ORGASME
 Réel                                                                 27
 Feint                                                                160

ÉCHELLE D’INTENSITÉ DE L’ORGASME
 Souliers s'envolant                                            35
 Expression ne changeant pas                             ½
 Ronflement d’orchestre                                     6
 Terre bougeant                                                 30
 Chants de petits oiseaux                                    7
 Chants de grands oiseaux                                  3

ENVIE DE PÉNIS
 Pour la femme                                                  3
 Pour l’homme                                                  72

CULPABILITÉ
 Malgré pratiquement  aucune
 formation antérieur, l’orgasme
 vient facilement, naturellement,
 et spontanément                                                53
 Vous avez du plaisir malgré le
 fait que d’autres sont affamés                             2
 Sexe à l’heure du déjeuner                                 3
 Si vous le mettez sur votre note de frais               20

* * * * * * * *

LA PREMIÈRE FOIS
Elle se coucha avec un long soupir, elle se laissa détendre les muscles des jambes et elle plia les genoux ;  c’est ce qu’elle désirait depuis longtemps. Mais maintenant, le moment venu, elle avait peur, elle lui répéta que c’était la première fois. Il la rassura en lui disant qu’il ferait attention. Les doigts de l’homme frottèrent involontairement la partie sensible. Elle se sentit frémissante à la vue de la chose que l’homme tenait dans ses mains. Il tint promesses et fit gentiment et le plus doucement possible. Elle ouvrit grand pour donner plus d’espace à l’homme et un frémissement parcouru son corps. Soudain, elle cria : " NON ", elle ne put supporter plus longtemps, mais il lui dit :
Ne te décourage pas, je sens que ça vient.
Elle sentit son corps frémir, et grâce à son esprit d’observation elle resta immobile.
Et c’est ainsi que le dentiste lui arracha sa première dent.

* * * * * * * *

LA VENOGE
On a un bien joli canton, des veaux des vaches des moutons du chamois du brochet du cygne, des lacs des vergers des forêts, même un glacier au Diablerets. Du tabac du blé de la vigne.
Mais jaloux, un bon genevois m’a dit d’un petit air narquois : Permettez qu’on vous interroge, où sont vos fleuves franchement.
Il oubliait tout simplement " La Venoge ".
Un fleuve, en tout cas c’est de l’eau qui coule à un joli niveau, bien sûr c’est pas le fleuve jaune, mais, c’est à nous, c’est tout Vaudois, tandis-que ces bons Genevois, n’ont qu’un tout petit bout du Rhône. C’est comme il est à nous le Rhin ce chant d’un peuple souverain, c’est tout faux car le Rhin déloge, il file en France, au Pays bas, tandis-qu’elle, elle reste là " La Venoge ".
Faut un rude effort entres-nous pour la suivre de bout en bout, tout-de-suite on se décourage, car au lieu de prendre au plus court, elle fait de puissants détours loin des pintes, loin des villages. Elle se plaît à traînasser, se gonfler, à s’élancer, capricieuse, comme une horloge.
Elle offre même à ses badauds, des visions de Colorado, " La Venoge ", en plus modeste évidement. Elle offre aussi des coins charmants, des replats pour le pique-nique, et puis la voilà tout-à-coup, qui se met à faire des remous comme une folle entre deux criques rapport aux truites, qu’un pêcheur guette attentif dans la chaleur d’un oeil noir comme un oeil de dogue, elle court avec des frissons, ça la chatouille, ces poissons, " La Venoge ".
Elle est née au pied du jura, mais, en passant par la Sarraz elle a su, battant la campagne, quand rien de plus, crénom de sort, elle était sur le versant nord, grand départ pour les Allemagnes, elle a compris, elle a eu peur, quand elle a vu l’Orbe sa soeur, elle était aux premières loges, filer tout droit par Yverdon vers Olten, elle a dit ... Pardon, " La Venoge ".
Le nord c’est un peu froid pour moi, j’aime mieux mon soleil Vaudois et puis, entre-nous je fréquente : La voilà qui prends son élan en se tortillant joliment, il n’y a qu’à suivre la pente, mais la route est longue, elle a chaud, quand-elle arrive, elle est en eau, face au pays des allebroges pour se fondre amoureusement entre les bras du bleu Léman, " La Venoge ".
Pour conclure il est évident, qu’elle est Vaudoise 100 %, tranquille, pas bien décidée, elle tient le juste milieu, elle dit qui ne peut ne peut, mais le fait à son idée. Et certain mettant dans leur vin de l’eau, elle regrette bien, ça c’est tout à son éloge, que ce bon vieux canton de Vaud, n’aie pas mis du vin dans son eau, " La Venoge ".

* * * * * * * *

 LA VENOGE     (Revue et corrigée)
On a un bien joli canton,
Des veaux, des vaches, des moutons,
Des places de tir, des fabriques,
Des tas d'idées, et des projets.
Même un glacier, aux Diablerets
Surmonté d'un téléphérique.
Mais un jaloux m'a salué
Et m'a dit d'un air pollué :
- Permettez qu'on vous interroge,
Où sont vos égoux, franchement ?
Il oubliait tout simplement
La Venoge !

Un égout, enfin c'est de l'eau
Qui coule dans un caniveau.
Bien sûr, ce n'est pas le Rhin,
Mais c'est tout à nous, c'est tout Vaudois,
Tandis que ces bons Genevois
Ne polluent qu'un tout petit bout du Rhône.
C'est comme “ il est à nous le Rhin
Gadoue d'un peuple souverain! ”
C'est tout faux car le Rhin déloge,
Il pue en France, aux Pays-Bas.
Tandis qu'elle, elle resté là,
La Venoge !

Faut un rude effort entre nous
Pour la suivre de bout en bout.
Tout de suite on se décourage,
Parce qu'au premier détour
On se croirait dans une cour,
Et c'est plein de débris qui nagent.
Elle voudrait s'en débarrasser,
Et se gonfler, et s'élancer,
Mais, prise comme dans une toge
Elle offre toujours à ces badauds
Des visions de petits cours d'eau,
La Venoge !

En plus dantesque évidemment,
Elle offre aussi des coins odorants
Où viennent les rats pour leur pique-nique.
Et puis la voilà tout-à-coup
Qui fait d'la mousse dans les remous,
Comme une folle entre deux criques,
Rapport aux détergents qu'un pêcheur
Guette, impuissant, dans la chaleur,
Avec un oeil noir comme un oeil de doge.
Elle cour avec des frissons
Car ça lui manque les poissons,
La Venoge !

Elle est née au pied du Jura,
Mais en prenant l'égout d'la Sarraz,
Elle a su, près d'une scierie
Qu'un rien de plus, crénom de sort,
Elle était sur le versant nord.
Grand départ pour les aciéries,
Elle a compris, elle a eu peur,
Quand elle sentit l'Orbe et ses odeurs,
Elle était aux premières loges.
Filer tout droit sur Yverdon
Vers Olten; elle a dit “Pardon!”
La Venoge!
 

“Le Rhin est trop pollué pour moi
J'aime mieux mon mazout Vaudois,
Et puis, entre nous, je fréquente”.
Mais voilà qu'elle prend du purin
Des vieux pneus près du moulin.
Elle n'a qu'à suivre la pente
Mais 1a route est longue, elle suinte
Quand elle arrive, elle a une drôle de teinte
- Face aux pays des Allobroges -
Pour suppurer huileusement
Dans les phosphates du Léman
La Venoge !

Pour conclure, il est évident
Qu'elle est polluée cent pour cent.
Perdue, sa faune décimée,
Elle est au fond du désespoir.
Elle dit “Il n'y a plus d'espoir”,
Car elle est déprimée
Et certainement mettant dans leur vin
De l'eau, elle regrette bien
- C'est ma foi tout à son éloge -
Que ce bon vieux canton de Vaud
N'ait pas mis de l'eau dans ses eaux
La Venoge !

* * * * * * * *

Prière de Bacchus.
Oh! Divin Père Bacchus.
Que ton nom soit vinographié
Que ta volonté fasse mûrir le raisin au nord comme au midi
Que ton règne vienne nous inspirer une soif désaltérante
Exauce notre prière, fortifie nos gosiers.
Donne-nous chaque jour nos trois litres de blanc.
Pardonne-nous si nous ne buvons pas assez comme nous pardonnons a ceux qui boivent trop.
Ne nous laisse point tomber lorsque nous avons pris une biture, mais délivre-nous de la grêle, du phylloxéra, des marchands de piquette et des buveurs d'eau.
Eloigne-nous des sociétés de tempérance lesquelles sont si nuisibles à ton culte, car nous sommes incapables par nous-même de convertir ces monstres qui rongent l'humanité.
Convertis toutes les terres incultes en plantes du Dézaley, d'Aigle, d'Yvorne et d'Ollon.
Fais que dans ta puissance on ne voie que chars chargés de tonneaux et qu'a chaque char le tonnelier les accompagne la brante au dos.
Car c'est à toi qu'appartient le tonneau, l'entonnoir, la bouteille et le tire-bouchon.

Au siècle des siècles.      Santé !

* * * * * * * *

PRIÈRE A NOTRE PÈRE BACCHUS
Notre père qui est au bistrot
Que ton nom soit arrosé
Que la bouteille vienne
Que ta volonté soit faite à table
comme au bar
Donne-nous chaque jour
nos trois décis quotidiens
Pardonne-nous nos pétées
comme nous pardonnons
à ceux qui nous ont soûlés
Ne nous laisse plus tomber sous la table
Mais délivre-nous de l'Henniez
Car c'est à toi qu'appartiennent
 La bouteille, le verre et le tire-bouchon
Aux siècles des siècles

 Glou-Glou

* * * * * * * *

QUELQUES PERLES DE LETTRES ADRESSEES AUX CAISSES D'ALLOCATIONS FAMILIALES
1. Certificat médical pour mon enfant que je mets dans ma lettre pour arranger mon dossier.
2. Je vis maternellement avec ma concubine.
3. Un travailleur de toutes les nuits qui vit au jour le jour.
4. Je croyais que j'avais le droit de toucher pour le travail de mon cubain.
5. Quand mon petit a eu 5 ans, la caisse m'a coupé la moitié. Faites un effort, mon 2ème petit va naître.
6. Orphelin 3 l'âge de 13 ans, j'ai  vécu à droite et à gauche, mais toujours dans le droit chemin.
7. Mon mari est pour le moment décédé.
8. Jusqu'au 20, la quinzaine c'est long.
9. On a coupé les bourses de mon fils, il ne va plus en classe.
10. Habitant sur un derrière et ne m'y trouvant pas bien, je voudrais obtenir un prêt pour l'amélioration.
11. Je ne possède que quelques pieds de vignes que mon fils fait marcher.
12. Mlle Josette est digne d'intérêt, elle est fille-mère, elle nourrit son enfant au sein sans pouvoir nouer les deux bouts.
13. le Directeur, mon mari est mort. Dites-moi comment le faire sortir de la caisse.
14. Depuis que mon mari est mort, il n'y a plus de bêtes à cornes à la maison.
15. Je voudrais savoir si un célibataire se mariant avec une fille-mère n'a pas droit à la reconnaissance de l'enfant.
16. Je vous prie de me répondre d'urgence, sans passer par la voie des archives.
17. J'attends que vous me remboursiez mes faux-seins pour que mon mari, âgé, qui ne touche rien, puisse manger à sa faim.
18. Nous n'avons pas de chance depuis notre mariage, c'est déjà la troisièmes jambes qu'il se casse.
19. Alors que j'étais certaine de mes droits dans cette affaire, le tribunal m'a déboutonnée.
20. Je ne sais pas si je suis célibataire ou père de famille,  vu que j'ai déjà reconnu deux enfants dont on m'avait dit qu'ils étaient de moi, sans compter un troisième qui est à naître le mois prochain.
21. J'espère que vous aurez pitié d'un pauvre père qui a sept enfants à manger, plus sa femme et sa belle-mère.
22. Comme suite à votre demande de dossier, je puis vous assurer que mon casier judiciaire est vierge, ma femme aussi, et je puis vous en donner la preuve.
23. Je suis bien embêté parce que ma femme attends un bébé et j'ai aussi mon aînée qui est enceinte à la suite d'un coup de tête.
24. Monsieur, comme suite à votre lettre, nous vous prions de préciser la date de votre accouchement.
25. Rapport d'un contrôleur : l'homme avait eu sa tête broyée et il avait en outre de légères blessures aux jambes, celles-ci heureusement sans gravité.

* * * * * * * *

PHRASES COMPLÈTES, CERTIFIÉES AUTHENTIQUES, EXTRAITES DE LETTRES RECUES
1. J'ai ma femme à l'état de grossesse et désire m'inscrire à la  pré natation.
2. Mon mari souffre d'un abcès sédentaire.
3. Je vis maternellement avec ma concubine.
4. Quand mon petit a eu 5 ans, la caisse m'en a coupé la moitié.
5. Faite un effort, mon enfant va naître
6. Suite au passage du contrôleur, veuillez m'envoyer un carnet de maternité.
7. Orphelin à l'âge de 13 ans, j'ai vécu de droite et de gauche, mais toujours dans le droit chemin
8. Mon mari, pour le moment, est décédé et jusqu'au 20, la quinzaine c'est loin.
9. Je suis resté malade à cheval sur deux mois
10. On a coupé les bourses à mon fils, il ne va plus en classe
11. Je possède quelques pieds de vignes que mon fils fait marcher.
12. N'étant pas chômeur, je me suis mis à ramasser quelques bouts de tôle pour faire manger mes enfants.
13. J'espère que vous aurez pitié d'un pauvre homme qui a sept enfants à sept enfants à manger plus sa femme et sa belle-mère.
14. Comme mon mari doit partir chez les fous, je l'envoie à votre bureau.
15. Mon mari est préventorium, on lui fait un plumeau au thorax.
16. Ca fait 16 jours que je suis au lit avec le Dr "Durand". Et je vais en changer parce qu'il n'a encore rien fait.
17. Mon mari est mort depuis 2 mois, que dois-je faire pour le sortir de la caisse.
18. Il y a 5 mois que je suis enceinte et je n'ai pourtant rien touché.
19. Avoir des enfants n'est pas à la protée de toutes les bourses. Depuis que le médecin a dit à mon mari de prendre de la courtisane il va beaucoup mieux.
20. Je nourris mon enfant au sein sans arriver à joindre les 2 bouts.
21. Ma femme étant tombée malade, j'en ai pris une autre pour la remplacer, comme c'est une jeune fille, dites-moi ce que je dois faire.
22. Je me suis marié il y a 8 jours, dites-moi comment couvrir ma femme.
23. Mon enfant n'a pas une bonne glande tyrolienne.
24. Je me suis soigné avec les feuilles de maladie
25. J'ai été victime d'un accident de circulation, provoqué par un chien à bicyclette
26. Fille-mère, je me suis mariée après coup.
27. Je vis seule avec une tierce personne.

* * * * * * * *

SOCIETE POUR LA SAUVEGARDE DES ANIMAUX TROPICAUX DE SUISSE
Monsieur,
comme vous l'avez  déjà certainement appris par la presse, les grands froids de l'hiver dernier ont provoqué d'importantes pertes parmis les singes du jardin Zoologique de Bâle.

Ces pertes s'ajoutent à celles également nombreuses dues à l'inconscience du public qui remet trop fréquemment des sucres et autres gâteries que nos chers petits ne peuvent supporter. Notre conseil d'administration a cherché une solution pour remédier à cet état de choses. Lors de la dernière assemblée, il a été décidé, faute de réapprovisionnement insuffisant d'Afrique, de remplacer ces singes par des êtres supportant mieux notre climat.

A cet effet, il a été créé un comité de recherches, dont la tâche consiste à faire de discrètes enquêtes sur les éléments de chaque ville susceptibles d'entrer en ligne de compte.

C'est ainsi que nous avons le plaisir de vous dire que vous avez été retenu comme l'un des principaux favoris de cette heureuse initiative et, connaissant votre dévouement et vos qualités, nous ne doutons pas que vous I'accepterez de bon coeur.

Les bons renseignements que nous avons obtenus sur vous, votre beauté toute classique, vos grimaces variées et peu communes, les singeries que vous faites régulièrement et vôtre don de faire rire tout le monde sans même le chercher, feront de vous un fonctionnaire choyé qui jouira
d une situation de tout repos et à qui rien ne sera épargné cacahuètes, pelures de bananes, carottes, etc.....

Il reste bien entendu que si vous ayez une préférence gastronomique quelconque, la Direction tiendra compte de vos désirs en les mentionnant sur un écriteau, tout en précisant la rareté te votre espèce.

Cette nouvelIe situation constituant une grande amélioration pour vous nous sommes certains de l'accueil chaleureux que vous lui réserverez et c'est pourquoi notre camion passera sans autre vous prendre discrètement votre domicile dans le courant de cette semaine.

Nous vous remercions d'avance, au nom des foules qui vous contemplerons et, dans l'attente du plaisir de vous installer dans la belle loge qui vous est réservée au pavillon des gorilles, nous vous présentons, Monsieur, nos salutations distinguées.
 
 

 JARDIN ZOOLOGIQUE DE BALE
 Le Directeur
 Dr. Champ Hanzéhouistiti

* * * * * * * *

Les douze commandements du club des fatigués.
( A faire lire par un autre afin d'éviter toute fatigue)

1. Sois infatigable au repos

2. Si l'envie de travailler te vient, assieds-toi et attend que ça te passe.

3. Ne te fatigue même pas à tuer le temps, puisque le temps travail pour toi.

4. Si par mégarde tu tues le temps, utilise les temps ” morts pour le faire.

5. Si tu vois quelqu'un se reposer, aide-le.

6. Oublie les vieux travaux et laisse les nouveaux devenir vieux

7. Rappelle-toi que le travail est sacré, n'y touche donc jamais.

8. Si par hasard tu trouves du travail, avise le bureau des objets trouvés.

9. Ne reste jamais debout quand tu peux t'asseoir, et ne reste jamais assis quand tu peux t'allonger.

10.  Si tu es victime d'une farce, surtout ne marche pas, reste assis.

11.  Ce que tu ne peux éviter de faire, fais le faire par un autre.

12.  N'écoute que les histoires à dormir debout.

* * * * * * * *

COMMENT PISSENT-ILS  ? ? ? ? ? ?

Type social :  Rejoint ses amis pour pisser, qu'il en ait besoin ou non
 ( il dit que cela ne coûte rien )

Type folâtre :  Regarde le fond de l'urinoir en pissant pour voir les bulles

Type timide :  Ne sait pas pisser quand quelqu'un le regarde, prétend qu'il
                    a pissé et revient pisser seul.

Type instruit : Lit son journal ou son livre en pissant.

Type indiffèrent :  Les urinoirs étant occupés, pisse dans la rigole à côté.

Type fort :  Frappe avec son ustensile le bord de l'urinoir pour
                   faire tomber les dernières gouttes.

Type préoccupé :  Pas très rassuré sur son amour récent, fait à la dérobée
              une inspection de son outil tout en pissant.

Type démoralisé :  Reste là un certain temps, commence à maugréer, pete,
  essaie de pisser, pète encore, et s'en va en grognant.

Type vitunéreux : Pète silencieusement, renifle l'air et regarde l'homme
                   à côté comme pour l'accuser.

Type farceur :  Raconte des blagues en pissant, secoue son ustensile
                   comme une sonnette en criant : "dreling, dreling".

Type distrait :  Ouvre son gilet, sort sa cravate, lit la publicité et
                   pisse dans son pantalon.

Type sportif : Pisse très loin en l'air en essayant de battre son propre
                   record.

Type dormeur : Pisse sur la jambe de son pantalon, dans ses souliers,
                  part avec sa braguette ouverte et arrange ses boules
                   dehors deux minutes plus tard.

Type nerveux : Ne sait pas trouver sa braguette, se fâche et arrache
                   ses boutons.

Type bruyant : Siffle en pissant, regarde au-dessus de la cloison
                   pour voir l'ustensile des autres.

Type vaniteux : Ouvre six boutons lorsque deux suffisent.

 Type frivole :  S'amuse à pisser contre le courant, évacue par petits coups
                     et essaye de pisser sur les mouches.

Type propre : Use son jet à laver l'urinoir, pisse les jambes écartéeS,
                   pour éviter les gouttes sur ses godasses.

Type brutal :      Bande comme un taureau, ne sait pas pisser, fout une
                   tarte à sa queue et un coup de pied dans l'urinoir.

Type intelligent:  Pisse sans tenir son ustensile en mains, ajuste sa cravate
                  tout en fonctionnant.

* * * * * * * *

MES FRERES

Un grand malheur vient d'arriver à l'abbaye de Saint-Etique et j'ai le pénible devoir de vous en faire part.

Mardi soir pendant que l'abbé-Nédictine donnait le salut, l'abbé Quille est tombé dans les bras du Père-Iscope. Vous pouvez juger de la stupéfaction générale.

Tous les révérants Pères pleuraient cette mort, en particulier le Père-Clus qui perdant l'abbé-Quille, perdait son seul soutient, un seul était joyeux, le Père-Fide. Quand à l'abbé-Tize, il n'y comprenait rien.

On appela le Père-Manganate, le Père-Iode et le Père-Itoine les trois médecins de l'abbaye. Ils pensaient réparer le malheur, mais les efforts furent vains malgré la présence du Père-Iclès avec son alcool.

Le lendemain on célébra donc l'enterrement, chacun fut appelé à l'abbaye par les cloches sonnées par le Père-Sonnage. Il est remarquablement doué, presque autant que l'abbé-Thoven qui lui, chante la messe.

Le Père-Hoquet aidé de l'abbé-Gaie fit un sermon, mais comme il n'y avait pas de chair, il monta sur les épaules du Père-Choir sujet du chemin à prendre; il s'éleva une grande discussion: L'abbé-Canne et le Père-Clus s'apposaient très fortement aux opinions qu'avaient émises 'l'abbé-Trave et le Père-Dreau, qui eux voulaient passer à travers champs.

On alla demander l'avis du Père-Plex qui était en grande méditation. Le Père-San, avec sa tête de Turc, s'était muni de son tapis alors que les deux Pères-Verses (deux frères) ne firent qu'aggraver la situation en semant le doute dans tous les esprits.

Enfin le Père-Ille s'éleva de toute sa grande taille et tous se rallièrent à son opinion.
Devant la tombe creusée par le Père-Forateur, en l'absence du Père-Missionnaire, le Père-Pétuel et le Père-Dission priaient: L'abbé-Rébasque se découvrit tandis que l'on recouvrait la tombe d'une pierre tombale préparée par l'abbé-Tonneuse.

Sur le chemin du retour le spectacle était déchirant, le Père-Pendiculaire était courbé en deux et l'abbé-Noire était rempli de larmes.

En chemin le Père-Dut fut retrouvé.

A l'arrivé au couvent, le Père-Sil se mit à la lessive, l'abbé-Chammel servit le repas, tandis-que le Père-No et le Père-Yé servaient à boire.

Le Père-collateur prépara le café et chacun put se remettre de ses émotions.

* * * * * * * *

NOUVELLES CONVENTIONS DU TRAVAIL

Art- 1 -  Tout ouvrier devra considérer le travail comme un plaisir, le moindre effort est  rigoureusement interdit et peut entraîner l'expulsion.

Art- 2  Les vêtements de travail seront fournis par le patron, pour les hommes 2 costumes de ville par trimestre, et 2 robes haute couture pour les dames.

Art- 3  Pendant le travail il est permis de chanter et siffler. L'ouvrier est tenu à entonner des  chants, des concours auront lieu pour le meilleur bruiteur.

Art- 4  Chaque ouvrier recevra un salaire de 100 francs par jour, avec pension complète ; vin, bière,  cigarettes, cigares etc. Il sera conduit au travail et ramené en voiture. Pendant que l'on fume, le travail est rigoureusement interdit, tout contrevenant entraînera sa mise à pied immédiate.

Art- 5  Le travail commencera à 8 heures, on servira le café au lait ou chocolat avec tartines beurrées. De 9 heures à 10 heure petit déjeuner avec saucisson, caviar, fromage ou gâteaux. De 12 heures à 14 heures, déjeuner avec rôti, légumes et gibier ainsi que 2 litres de vin par personne. Pendant le repas, la musique jouera et l'on pourra flâner. des concerts auront lieu avec le concours des artistes des Grandes Scènes Parisiennes.

Art. 6  Les dames et les demoiselles seront fournies par le patron- Les dames sont à la  disposition de chacun. Les dames porteront obligatoirement des dessous en soie. Elles devront être très aimables.

Art- 7 De 15 heures à 16 heures, on prendra le café avec des liqueurs fines. A 16 heures très  précise clôture de la journée.

Art. 8 Chaque heure supplémentaire, sera payée comme journée entière, et les pères de  famille aurons droit à 3 mois de bains de mer au frais du patron et l'hivers à Chamonix.

Art. 9 En quittant le travail les Chefs de service seront tenus de remercier les ouvriers au nom du patron et de tenir leur paquet de cigarettes à la main.

Art- l0  Le jour ou un ouvrier est embauché le patron devra convoquer la Société de musique et offrir un banquet, en plus le nouvel embauché aura droit à 8 jours de congés payés.

Art. 11  Les ouvriers qui n'aiment ni le vin ni les femmes, seront considérés comme inapte au service, ils pourront sur la demande du patron être déclarés invalides et internés dans  un asile de vieillards.

                                                                                                 L ' INSPECTEUR DU TRAVAIL
                                                                                                                     G. LACOSSE

* * * * * * * *

CRÉMATOIRE COMMUNAL

Monsieur,
Vous avez selon les listes de contrôle, atteints la limite d’âge prescrite. En conséquence, d’après nos statistiques, votre vie n’offre plus aucun avantage pour la société, mais apporte au contraire une charge supplémentaire pour l’A.V.S. et des désagréments pour votre entourage. C’est pourquoi, en vertu de la loi fédérale du 3 février 1966/217 art. 3 & 4 du C.O. vous recevez l’ordre de vous présenter au crématoire communal 3 jours après réception de la présente lettre, à 09h00 du matin, devant le four N° 2, clapet N° 3, afin de nous permettre de procéder à votre incinération.

Important
Afin d’éviter tout danger d’explosion, ordre vous est donné à réception de cette lettre, de ne plus consommer d’alcool sous quelque forme que ce soit et de vous faire administrer un lavement à l’eau de javel pour chasser votre mauvaise odeur.  D’autre part, le matin de votre incinération, vous êtes prié d’absorber à jeun, 1 litre d’huile d’olive le rectum hermétiquement fermé au moyen d’un bouchon de liège paraffiné.

Veuillez également vous munir de :  1 corbeille de bois de sapin sec
 1 sac pour les cendres
 1 pot pour les greubons

N.B.  Une demande de l’ajournement de l’incinération ne pourra être prise en considération que si la commune peut prouver que vos impôts pour l’année en cours sont payés.
Vos cendres sont prises en charges gratuitement par "Le Café Communal " , pour le nettoyage de l’argenterie.
Afin d’éviter toute confusion désagréable, nous vous prions de vous présenter seul au bureau de réception (non accompagné de votre parenté ou encore moins de vos créanciers.)

Veuillez agréer, Monsieur, nos salutations mortuaires.

 Crématoire Communal

P.S.: Les vieilles filles ne seront pas acceptées, ceci pour éviter une explosion, car  tout les coups qu’elle n’ont pas tirés pourraient pêter en même temps.

* * * * * * * *

LA CIGALE ET LA FOURMI

Ayant goualé tout l'été
Avec les poteaux du loinqué,
La cigale n'eut plus un pelot
Quand ruina le temps frigo.
Pas un louen de brignolet,
A se carrer sous les crochets.
Elle bagola en sourdine,
Chez la fourmuche sa copine
La pillonant en loucedé
De lui refiler à croquer,
Car elle avait les chocottes.
- Nous avons toujours été potes
Lui bonit-elle en chialent ;
Ce n'est pas du boniment.
- La fourmuche une vraie tordue,
Répondit : " Tu auras que pouic "
Qu'as-tu fabrique de ton fric,
Pour être aujourd'hui si dodue ?
- Toutes les neuilles dans les beuglants,
Je gouaillais avec les aminches.
- Ah ! tu gouaillais, p'tit' peau d'hareng,
Et bien maintenant, cavale au ginche.

* * * * * * * *

LA GUENON, LE SINGE ET LA NOIX.
N'ayant rien à claper, ni fromgi, ni bidoche,
Une guenon faucha sur un noyer mastar,
Une bavelle noix encore toute verdoche.
Voulant se caler le fond du bidonnard,
Se la filant au bec, elle met les chocottes;
Croyant se begaler, ayant le fond du gaubard.
Mais nib. Crachant de rif la noix de sa bouillotte,
Elle la balancetique en jaspinant " tocard ".
- Radinant coudes au corps, un voic singe à la page
Lui bonit : "Ma pépé, faut ouvrir tes callots" .
Tu n'as pas entravé, étant dans le cirage,
Que pour briffer les noix, il y a du boulot.
Bigle un louqué mézigu' ; tu vas gaffer, belure,
La façon d'opérer. Agrafant un surin,
Mariol comm'ses frangins, il fait damer la pelure
Puis ramassant le fruit, il le bouffe en vitesse,
Bavant à la guenon : " Tu as bien gambergé,
Les noix c'est du gâteau, mais, pour être à la r'dresse,
Il faut virer la cosse, avant de les becqueter "-
 

MORALITE.

Mieux vaut paumer un'plombe à s'coller au turbin,
Que d'zieuter la bonn' cam' vous filer sous l'tarin.

* * * * * * * *

LE CHEF A RAISON

01/ Le chef à raison.

02/ Le chef à  toujours raison

03/ Même si un subalterne à raison, c'est l'article 1 qui s'applique.

 04/ Le chef ne dort pas, il se repose.

05/ Le chef ne rêve pas, il pèse le problème.

06/ Le chef ne mange pas, il se nourrit.

07/ Le chef ne boit pas, il goûte.

08/ Le chef n'est jamais en retard, il est retenu.

09/ Le chef ne quitte jamais son travail, il est appelé.

10/ Le chef ne lit jamais son journal, pendant le service, il l'étudie.

11/ Le Chef n'entretient pas de relation avec sa secrétaire, il l'éduque.

12/ Le chef est obligé de penser pour tout le monde.

13/ On entre dans le bureau du chef avec ses idées personnelles, on en ressort avec les idées  du chef.

14/ Un chef sans soucis n'est pas un chef.

15/ Le hochement de tête inconditionnel à son chef prouve qu'on a compris.

16/ Oui chef, merci chef, doivent être les seules discutions valable dans son travail.

17/ L'on soutient toujours son chef même si l'on pense le contraire.

18/ Dans chaque discution, on doit prouver qu'il se défend comme un chef.

19/ L'oeuvre d'un chef est toujours un chef-d'œuvre.

20/ Le langage technique d'un chef : "y a qu'à", "faut qu'on", " y a pas  d'problèmes".

21/ Plus on pense à son chef, moins on a à se poser de questions.22/  Quand tout va bien le chef dit : j'ai fait ceci, j'ai fait celà.

23/  Quand tout va mal le chef dit :  je me demande ce qu'ils font.

24/  Il est impossible de discerner un chef qui pense, d'un chef qui dort.

25/ Le chef n'est pas comme son vélo, quand il est à plat, c'est qu'il a un coup  de  pompe.

26/ Quand un bruit de bouteille résonne dans le bureau, il se retourne non pas pour la  discipline, mais plutôt pour voir s'il lui en restera.

27/ Un chef ne boit pas, il s'éclaircit les idées.

28/ Plus on critique le chef, moins on a de primes.

29/ Il faut éviter de coucher avec la femme du chef, afin de ne pas "batardiser" la race.

30/ La femme du chef est bien entendu la meilleure épouse.

Conclusion : LE CHEF EST UN DICTATEUR
Il faut interdire aux chefs de se marier afin     que leur nombre  n'augmente pas.

* * * * * * * *

NOUVEAU CODE DE LA ROUTE
Art. 1 Avant le départ de son véhicule tout conducteur doit faire le plein d'alcool ( Whisky, Cognac, etc.... )

Art. 2 En marche normale il doit maintenir son véhicule sur toute la largeur de la chaussée pour prouver que sa voiture tient bien la route.

Art. 3 Le conducteur doit foncer sans hésitation sur tout obstacle à sa progression directe. (Agent de police, borne, monument).

Art. 4 Dans tous les cas ne pas observer les panneaux de signalisation qui ont été installés sur le bord des routes afin de semer la confusion.

Art. 5 Le piéton étant la plaie de l'automobiliste, ne lui accordez aucune priorité et écrasez-le sans rémission.

Art. 6 Assurez-vous que vos freins fonctionnent mal. Les surprises qui en résulteront agrémenteront les conversations de vos proches pendant les longues soirées d'hivers.

Art. 7 La circulation étant interdite dans les souterrains aux véhicules transportant des matières explosives, il est recommandé de faire descendre votre femme et votre belle-mère avant de vous engager dans un tunnel.

Art. 8 La musique adoucissant les moeurs enlevez votre tuyau d'échappement et utilisez sans arrêt votre avertisseur sonore.

Art. 9 Par contre ne klaxonnez pas quand vous dépassez un cycliste mais poussez-le violemment avec votre aile droite. Ensuite passez plusieurs fois sur son corps. Le plaisir que vous éprouverez vous soulagera de tous vos déboires d'automobiliste ( vignette, procès-verbaux, crevaisons, autoroute à péage, etc... ).

Art. 10 Tout conducteur est obligé de serrer à droite. Si votre passagère refuse d'être serrée jetez-la sur l'accotement.

Art. 11 Si vous voulez dépasser un tramway ce sera difficile, car il n'est reste plus beaucoup.

Art. 12 Ne consultez jamais votre rétroviseur surtout si vous êtes laid.

Art. 13 Faites-vous un point d'honneur à stationner n'importe où. Si vous avez une voiture s'est pour la montrer. Stationnez bien en évidence au milieu de la chaussée ou de préférence en haut d'une côte.

Art. 14 Tout véhicule doit-être munis de feux à l'avant, de deux feux de camp à l'arrière, et d'un feu de Bengale sur le côté.

Art. 15 Utilisez dans votre carburant de l'éther ou des mélanges spéciaux qui émettront dans l'atmosphère une fumée noire et nauséabonde.

Art. 16 Si vous stationnez la nuit éclairez votre véhicule en l'arrosant d'essence et en y mettant le feu.

Art. 17 Une route à grande circulation perd sa priorité dans le métro et dans l'autobus.

Art. 18 Si vous êtes en présence d'une colonne militaire ou d'un cortège en marche, foncez dedans. Le gagnant bénéficiera d'une entrée gratuite au bowling des Champs-Elysées.

Art. 19 Si vous voulez effectuer un croisement, choisissez un hôtel discret.

Art. 20 Si la route vire à gauche, tournez votre volant vers la droite. Il faut bien que les hôpitaux fassent recette.

Art. 21 Si la visibilité n'est pas bonne laissez tomber votre regard sur les genoux de votre voisine.

Art. 22 Dans tous les cas soyez prudent. Dépassez le 200 à l'heure pour fuir au plus vite le danger que représente les routes Françaises.

* * * * * * * *

UN SOURIRE
Un Sourire ne coûte rien et produit beaucoup,
Il enrichit ceux qui le reçoivent
Sans appauvrir ceux qui le donnent.
Il ne dure qu'un instant
Mais son souvenir est parfois éternel.
Personne n'est assez riche pour s'en passer,
Personne n'est assez pauvre pour ne pas le mériter.
Il crée le bonheur au foyer, soutient dans les affaires,
Il est le signe sensible de l'amitié.
Un sourire donne du repos à l'être fatigué,
Rend du courage au plus découragés.
Il ne peut ni s'acheter, ni se prêter, ni se voler,
Car c'est une chose qui n'a de valeur
Qu'a partir du moment où il se donne.
Et si quelquefois vous rencontrer une personne
Qui ne sait plus avoir le sourire,
Soyez généreux, donnez-lui le vôtre
Car nul n'a autant besoin d'un sourire,
Que Celui qui ne peut en donner aux autres.

* * * * * * * *

Recommence !
Même si tu sens la fatigue,
Même si le triomphe t'abandonne,
Même si une erreur te fait mal,
Même si une trahison te blesse,
Même si une illusion s'éteint,
Même si la douleur brùle tes yeux,
Même si on ignore tes efforts,
Même si l'ingratitude en est la paie,
Même si l'incompréhension coupe ton rire,
Même si tout a l'air de rien,
Recommence !

(Ecrit par les mères de la place de Mai, à Buenos Aires en Argentine, qui chaque semaine se rassemblent pour exiger de savoir ce que sont devenus leurs enfants.)

* * * * * * * *

 BACCALAUREAT DES BELGES

l Vous mettez votre réveil à sonner à 9 heures du matin. Vous vous couchez à
    8 heures. Combien de temps pouvez-vous dormir ?

2 Divisez 30 par un demi et ajoutez 10. Combien cela fait-il ?

3 Vous entrez dans une pièce avec une allumette à la main. Il fait froid et nuit dans la pièce. Il n'y a pas  d'électricité mais une bougie, une cuisinière à gaz et une lampe à pétrole. Qu'allumez-vous en premier?

4 Un fermier a 17 vaches. Elles crèvent toutes, sauf  9. Combien en reste-t-il ?

5 Votre médecin vous donne 3 cachets à prendre à raison de 1 toutes les demi-heures. Combien de temps  cela dure-t-il ?

6 En URSS est-il possible qu'un homme épouse la soeur de sa veuve ?

7 Le 14 juillet existe-t-il en Grande-Bretagne ?

8 Combien y a-t-il de mois ayant un 28ème jour, sachant que certains mois en comptent 30 ou 31.

10 Un archéologue prétend avoir trouvé dans pièces en or frappées à l'année 45 avant Jesus-Christ. Est-ce  possible ?

11 Que s'est-il  passé le 25 décembre 1939 ?

12 Combien d'animaux de chaque espèce Moise a-t-il amené sur son arche ?

13 Un avion français avec à son bord 10, Français et 10 Suisses s'écrase à la frontière franco-suisse. Où doit-on enterrer les rescapés suisses ?

14 Un gardien de nuit meurt le jour. Touche-t-il une pension ?
 

REPONSES  NOTATION

l Une heure 14 Tricheur, a lu les réponses
2 30 : 0,5 = 60 + 10 = 70 13 Surdoué
3 L'allumette 12 Brillant
4 9 11 Intelligent
5 Un heure 10 Moyen
6 Non puisqu'il est mort 9 Médiocre
7 Oui, le 14 juillet existe partout 8 Bête
8 Les 12 mois ont forcément 28 jours 7 Stupide
9 Pour tenir leurs pantalons 6 Imbécile
10 Non, Jésus-Christ n'était pas né 5 Idiot
11 Noël 4 Benêt
12 C'était Noé et non Moise 3 Taré
13 On n'enterre pas les survivants 2 Irrécupérable
14 Non, puisqu'il est mort l Parasite de la société
 0 A supprimer au plus vite

* * * * * * * *

 Dans la prospérité nos amis nous reconnaissent, dans l'adversité nous reconnaissons nos amis.
  J-M Barrie

Les gens sont seuls parce qu'ils construisent des murs au lieu de bâtir des ponts.
  J.-F Newton

Pour devenir ce que tu devrais être, commence à renoncer à ce que tu es.
 Maître Eckhart

Dieu, si tu veux que jamais une femme n'élève la voix, crée enfin un homme adulte.
 Jean Giraudoux

Un ami, c'est quelqu'un sur qui nous pouvons compter, pour compter sur nous.
 F. Perier

La femme est l'avenir de l'homme.
 Louis Aragon

Chacun de nous est une lune, avec une face cachée que personne ne voit.
 Mark Twain

Ce sont nos rêves qui donnent un sens à notre vie.
 Robi

L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves.
 Eleanor Roosevelt

La plus grande découverte de ma génération, c'est que les êtres humains peuvent transformer leur vie en modifiant leur état d'esprit.
 William James
 
 


* * * * * * * *



 
 
 
 
 
 
 
 

  Ma page de Sites Web